Accueil » Le ciel dans tous ses états » 2020 » Entre éclairs et moustiques le 30 juin 2020

Entre éclairs et moustiques le 30 juin 2020

Pour ce mardi 30 juin, un risque orageux concerne l'Aquitaine, les Pyrénées et l'Occitanie. Il y a un risque de débordement en soirée/nuit jusque sur l'ouest héraultais mais ce n'est pas clair, les modèles sont hésitants. À la sortie du boulot, je décide de rentrer chez moi et attendre, avec un gros dilemme : bouger en soirée ? ou se coucher tôt et mettre le réveil dans la nuit ? Ceci en sachant qu'une dégradation plus importante (à priori... mais au final pas du tout ^^) est possible le lendemain... dilemme de la semaine, à gérer le sommeil pour ne pas être totalement KO en journée. Finalement, sur les coups de 20h, les orages présents sur les Pyrénées prennent une bonne direction sur l'est de l'Aude et tendent à se renforcer. Un coup d'oeil dehors et je vois une convection profonde à l'horizon. Allez, ça peut être l'occasion ou jamais, l'Aude me déçoit rarement ! Décollage, autoroute... une cellule atteint déjà Narbonne alors que l'autre (celle qui m'a motivé) continue son chemin sur les reliefs audois. L'arrivée de ces cellules coïncide avec le coucher du soleil, leur position est parfaite pour une enflammée du ciel et c'est aussi le cas vers le soleil avec des cirrus en marge des cellules. L'ambiance est sublime sur l'autoroute et après avoir passé Béziers, la cellule de Narbonne qui est maintenant sur le littoral s'enflamme et offre un tableau parfait : rideau orangé, arc-en-ciel... je commence à voir la convection, immaculée de blanc, sur le côté, quand d'un coup, un impact extranuageux tombe de ce côté. Vision sublime qui me fait regretter de ne pas avoir bougé plus tôt, c'était vraiment la scène parfaite :( J'arrive finalement à l'étang de Bages-Sigean au sud de Narbonne et va s'en suivre une très belle séquence avec ces deux cellules isolées aux dernières lueurs du jour. La première s'éloignant de moi va être généreuse en foudre, au gré des pulsations. Celle venant des reliefs et qui va me passer devant sera bien plus calme avec essentiellement de l'activité intranuageuse. Fabien me rejoint pour les réjouissances... et le festin des moustiques. Ils sont tellement nombreux qu'ils émettent un son semblable au vol d'un drône, tellement nombreux que malgré la lourdeur ambiante, je suis obligé de mettre un gilet à capuche pour limiter la casse. C'est une véritable armée présente en ce lieu qui vient se régaler des pauvres photographes ^^ Trêve de blabla, place aux photos :

Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle. Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.

Ces orages s'éteignent vers 23h. Un autre dilemme s'impose. De nouveaux orages se forment sur les Pyrénées et se rapprochent du sud toulousain. Le ciel est limpide, ses manifestations se font sentir d'ici avec des lueurs. Le scénario d'orages évoluant durant la nuit jusque sur l'ouest Hérault semble se confirmer. Mais compte tenu du timing pour qu'ils arrivent jusqu'à ma position, ça annonce une nuit blanche, ce qui est bien trop compliqué avec la journée de travail qui m'attend + la chasse potentielle de la fin d'après-midi suivante. On va donc observer ça au loin encore un peu, la foudre est nombreuse et se rallume à l'horizon alors qu'elle est encore entre Haute-Garonne et Ariège. C'est un crève-coeur de laisser filer cette situation mais c'est ainsi... Ma nuit sera au final très courte malgré tout car vers 5h du matin, ces orages arrivent en vie jusqu'aux portes de Montpellier. Je regarde au balcon et la... la BLAGUE : nos si chères stratus héraultais, horreurs de l'automne et de la fin d'hiver mais qui nous attendent au tournant en toutes saisons, sont arrivés en force. Si bien que je ne verrais que de violents flashs, puis quelques impacts à moitié noyés au sein de l'orage survivant qui file en Camargue. De quoi réduire mon temps de sommeil pour rien -_- La dégradation du lendemain sera au final un beau flop. J'ai bien fait de me motiver le soir sinon le bilan aurait été très amer.

Cliquez pour avoir la photo à sa taille réelle.

Retour à Le ciel dans tous ses états

Dernière mise à jour de la page : 26 février 2021

Contact | Copyright © 2004-2021 - chrispics.fr - Par Christian Carmona | Lexique | Chrispics Carto | Recherche | Météo Montpellier